DRTV MEDIA CULTURE
  Haïti Diplomatie
 
La direction DRTV Diversity Radio Tv vous souhaite une très bonne écoute de la Webradio



 

 

 

Malgré les discours affirmant le contraire, Washington envisagerait de mettre sous tutelle le pays ravagé par le séisme du 12 janvier. Une idée qui séduit certains Haïtiens, mais qui ne convient pas à la France. Nicolas Sarkozy a lui-même apporté son plan de reconstruction.


18.02.2010 | Jacques Desrosiers, Daly Valet | Le Matin

 

 Le président français, Nicolas Sarkozy, a survolé la capitale en
hélicoptère, 17 février 2010

 

Le journal américain El Nuevo Herald a rapporté dans son édition du 11 février que l’équipe de Barack Obama a discrètement concocté un plan de reconstruction d’Haïti. Conçu par le département d’Etat, ce plan aurait été présenté au président René Préval lors de la dernière visite en Haïti de l’ancien président américain Bill Clinton, il y a environ deux semaines. El Nuevo Herald a également rapporté qu’au cours de cette visite, Clinton était accompagné d’un haut cadre du département d’Etat, Cheryl Mills. Le plan soumis au président René Préval prévoirait la création d’une structure chargée de superviser les aides d’urgence et une reprise rapide dans les dix-huit prochains mois. Elle aura également pour mission la mise en place d’une autorité haïtienne de développement pour planifier et coordonner l’aide internationale au cours des dix prochaines années.

 

 A environ un mois de la réunion – en mars – des bailleurs de fonds de New-York pour la reconstruction d’Haïti à l’initiative des Etats-Unis, ces informations raniment les débats sur la mise sous tutelle d’Haïti par les Etats-Unis. Elles sont en outre en contradiction avec ce qui se dit officiellement côté haïtien et côté américain. Coordinateur des secours des Etats-Unis en Haïti, Lewis Lucke a, début février, apporté des précisions sur la mission de son pays qui "est totalement humanitaire, qu’il s’agisse de sa composante militaire ou de sa dimension civile". Il a aussi expliqué qu’il revenait au gouvernement haïtien de définir le plan de reconstruction, lequel "sera soutenu  par les Américains".

 

Malgré tout ce qui se dit, la population tant en Haïti que dans la diaspora haïtienne aux Etats-Unis, particulièrement en Floride, voit les choses autrement. Là-bas, des médias haïtiens ont même organisé des sondages relatifs à une mise sous tutelle d’Haïti par les Etats-Unis. Les résultats sont favorables entre 60 % à 80 %. Cette diaspora n’hésite pas à prendre position en faveur d’une tutelle américaine en Haïti. Dans le sud d’Haïti, un pasteur protestant très écouté et harangueur de foules, a récemment mis en circulation une pétition appelant l’Oncle Sam à placer Haïti sous son protectorat permanent. La pétition a déjà recueilli plusieurs centaines de signatures. Les élites politiques et économiques haïtiennes, à de rares exceptions, semblent être prêtes à s’accommoder également d’une tutelle renforcée et effective du géant nord-américain sur la république caribéenne. La perception de la corruption qui pèse sur les dirigeants haïtiens, l’incapacité remarquable de l’équipe en place dans la gestion de l’après-séisme, sont au nombre des facteurs expliquant leur position. Certains ont avancé la question de proximité géographique d’Haïti avec les Etats-Unis. Dans une lettre datée du 9 février 2010, Dumas Simeus, un Haïtien-Américain résidant aux Etats-Unis, multimillionnaire et ex-candidat à l'élection présidentielle de 2006, a ouvertement demandé au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, de placer Haïti sous tutelle onusienne pour au moins vingt ans. 

Il faut dire qu’en dépit des apparences, la compétition bat son plein entre Américains, Européens et hauts cadres onusiens à Port-au-Prince en termes de visibilité et d’influence, et sur le leadership international qui pilotera la reconstruction. Si, en privé, les discussions vont bon train sur l’éventualité d’une tutelle américaine ou onusienne déclarée, il n’y a pas encore vraiment en Haïti de grands débats publics sur la question.
 
Entre-temps, les va-et-vient des chefs d’Etat et de gouvernement se poursuivent. Le 15 février, Haïti a reçu la visite du Premier ministre canadien, Stephen Harper. Cette  visite a été suivie par celle de Nicolas Sarkozy, le 17 février. Le président français, a-t-on appris, avait dans ses valises son propre plan de reconstruction d’Haïti qu’il devait soumettre aux officiels haïtiens. Il y a donc le plan Sarkozy et le plan Obama. Le séisme du 12  janvier  semble avoir emporté tout ce qui restait de souveraineté à ce pays dévasté. Haïti avait, par le passé, fait souvent les frais des luttes d’influence entre les puissances occidentales, et de leurs visées hégémoniques dans les Amériques. Dans le malheur, la même dynamique continue. Pour le meilleur ou le pire.

Communiqué

 

REPRISE DES RENDEZVOUS DES VISAS DE RESIDENCE A L’AMBASSADE

Seuls ceux qui ont déjà reçus leur date de rendez-vous sont impliqués

 

L’ambassade des Etats-Unis tient à informer le public de la reprise du service des visas d’immigrant (également connu comme visas de résidence).  A partir du 3 février 2010, nous demandons aux bénéficiaires à qui un rendez-vous avait déjà été fixé par le National Visa Center de bien vouloir se référer au calendrier ci-dessous :

 

13 et 14 janvier                        Nouvelle date                           3 février

19 et 20 janvier                        Nouvelle date                           4 février

21 et 25 janvier                        Nouvelle date                           5 février

26 et 27 janvier                        Nouvelle date                           8 février

1er et 2 février                           Nouvelle date                           9 février

3 et 4 février                             Nouvelle date                           10 février

 

Les demandeurs de visa d’immigrant peuvent aussi contacter par courriel le service des visas d’immigrant à l’adresse suivante : PapCons@state.gov.  Il est important de noter le nom et  le numéro de dossier dans toute correspondance pour l’obtention d’une nouvelle date de rendez-vous. Ils peuvent également contacter notre Centre d’Informations (CIVA) aux numéros suivants : 3859-9524, 3859-9534, 3859-9564.

 

Si le bénéficiaire d’une demande de visa de résidence n’a pas encore reçu une date de rendez-vous du National Visa Center, il est prié d’attendre avant de contacter la section consulaire ou de contacter le National Visa Center pour plus d’informations.  Prière aussi de contacter notre Centre d’Informations (CIVA) aux numéros mentionnés ci-dessus.

 

Pour tout changement d’adresse, prière d’informer le National Visa Center par téléphone au +1-603-334-0700 ou par courriel à l’adresse suivante : NVCINQUIRY@state.gov .  Si le bénéficiaire a déjà eu une entrevue à l’ambassade américaine ou avez déjà reçu une date de rendez-vous pour les mois de janvier et de février, il est prié de nous contacter soit par courriel ou notre Centre d’Informations (CIVA)  afin de nous communiquer les derniers changements d’addresse.

 

Les citoyens américains en quête d’assistance et qui souhaitent faciliter les membres de leur famille à entrer aux Etats Unis ne sont en aucun cas autorisés à se présenter à la section consulaire de l’ambassade des Etats-Unis à Port au Prince. Les informations concernant  la procédure à suivre afin de remplir une demande de visa d’immigrant en faveur des membres de leur  famille se trouvent disponibles sur les sites suivants : www.travel.state.gov et www.uscis.gov.

HAITI DIPLOMATIE



Déclarations de Leonel Fernandez en France le 2 décembre 2009
“Un projet de domination” et une “ingérence” de la République Dominicaine dans les affaires internes d’Haïti, aux yeux du Garr

vendredi 4 décembre 2009

P-au-P, 04 déc. 09 [AlterPresse] --- La plateforme de défense et de promotion des droits des migrantes et migrants, plus connue sous le nom de Groupe d’appui aux rapatriés et aux réfugiés (Garr), estime comme une “ingérence” la proposition du président dominicain de prolonger, pour 10 ans supplémentaires (jusqu’en 2019), le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) et de modifier la constitution de 1987 vers un régime présidentialiste à l’instar du modèle de la république voisine.

« Ce genre de déclaration est une forme d’ingérence qui est loin de faciliter les relations entre les deux peuples, parce qu’il apparait clairement que la République Dominicaine souhaite appuyer un projet de domination que la majorité du peuple haitien ne saurait accepter », écrit le Garr dans une note dont a pris connaissance AlterPresse.

S’interrogeant sur les fondements politiques des déclarations du président de la république voisine, le Garr recommande à la population, aux universitaires et aux différentes organisations d’exiger du gouvernement et du parlement d’établir un calendrier clair sur le départ de la Minustah, tout en prenant les dispositions adéquates pour que le pays puisse garantir sa propre sécurité intérieure.

Aux candidates, candidats et partis politiques impliqués dans le processus des législatives de 2010, le Garr préconise l’utilisation de moyens légaux à l’échelle internationale pour forcer le chef de l’État dominicain à respecter les droits et la dignité du peuple haïtien partout où il se trouve sur la planète.

La population est, par ailleurs, invitée à observer avec vigilance le processus d’amendement de la constitution de 1987. [kft rc apr 4/12/2009 11:30]



Haïti/Diplomatie : Le nouvel ambassadeur de France en Haïti, Didier Le Bret, prend poste officiellement le 7 octobre prochain.

Le nouvel ambassadeur de France en Haïti, Didier Le Bret, présentera ses lettres de créances au Président René Préval le 7 octobre prochain.

Didier Le Bret qui a passé quatre jours au pays la semaine dernière dans le cadre des préparatifs à son entrée en fonction est retourné en France dimanche avant de s’installer  dans la capitale haïtienne.

Avant sa nomination à la tête de la représentation diplomatique française   à Port-au-Prince, Didier Le Bret occupait le poste de directeur adjoint de cabinet du Secrétaire d’Etat chargé de la coopération et de la francophonie, Alain Joyandet. 

M. Le Bret avait fait partie de la délégation ayant accompagné M. Joyandet lors de sa visite en Haïti les 7 et 8 septembre 2008, pour apporter le soutien du Gouvernement français au pays secoué par le  passage de 4 cyclones et tempêtes dévastateurs.  

Didier Le Bret vient remplacer à ce poste le diplomate Christian Connan dont la mission a pris fin depuis plusieurs mois. 

 

_____________________________________________________________________________
DRTV DIVERSITY RADIO TV © 2009 . Tous droits réservé. le copyright ©
 
  Aujourd'hui sont déjà 33821 visiteurs (71002 hits) Ici! Merci de votre visite sur DRTV Diversity Radio Tv  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=