DRTV MEDIA CULTURE
  Les nouvelles internationales
 
Condamnation catégorique du blocus LA résolution cubaine a été soutenue à l'unanimité par l'Amérique latine et la Caraïbe, l'Afrique et l'Europe. Dans la région d'Asie-Océanie, le soutien a été quasiment total, avec seulement trois abstentions. Seuls les Etats-Unis et Israël, leur fidèle allié, s'y sont opposés. Les Nations unies ont confirmé ce 26 octobre, pour la 19e occasion consécutive, la condamnation mondiale du blocus imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis près d'un demi-siècle, et l'isolement de Washington dans le maintien de ce siège, informe l'agence PL. L'isolement du gouvernement étasunien a été une nouvelle fois mis en évidence à l'Assemblée générale, avec le vote d'une résolution intitulée Nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis d'Amérique à Cuba. Le principal organe de l'ONU s'est prononcé contre le maintien de cette mesure par 187 votes en faveur de la résolution cubaine, deux votes contraires (les Etats-Unis et Israël) et trois abstentions (îles Marshall, Micronésie et Palaos). Palaos avait voté contre l'an dernier et a choisi cette fois-ci de s'abstenir. Les observateurs n'ont pas manqué de signaler que tous les membres des Nations unies de l'Amérique latine et de la Caraïbe, de l'Afrique et de l'Europe ont voté comme un seul homme. Les abstentions citées proviennent de petits pays de la région Asie-Océanie. La résolution approuvée réaffirme les principes d'égalité souveraine entre les Etats, de non intervention et de non ingérence dans les affaires intérieures, de liberté de commerce et de navigation internationale. Elle dénonce la promulgation et l'application de lois et de dispositions comme la loi Helms-Burton, « dont les effets extraterritoriaux lèsent la souveraineté d'autres Etats ainsi que les intérêts légitimes d'entités ou de personnes tombant sous sa juridiction, et portent atteinte à la liberté de commerce et de navigation ». Elle rappelle les 18 résolutions déjà approuvées par l'Assemblée générale chaque année, de 1992 à 2009, ainsi que les déclarations et accords adoptés à diverses réunions intergouvernementales par des organes et des gouvernements, contre la promulgation et l'application de mesures de ce type. Elle signale qu'envers et contre les décisions de l'instance suprême de l'ONU, de nouvelles mesures tendant à renforcer et à élargir le blocus économique, commercial et financier contre Cuba sont promulguées et appliquées. Dans ce sens, elle exprime la préoccupation de l'ONU quant aux effets pervers de ces mesures sur la population cubaine et sur des Cubains résidant à l'étranger. Dans sa partie résolutive, le texte exhorte une nouvelle fois tous les Etats à s'abstenir de promulguer et d'appliquer des lois et des mesures telles que le blocus de Cuba, et elle les appelle à s'acquitter de leurs obligations telles qu'elles figurent dans la Charte de l'ONU et dans le Droit international. Elle « invite une fois de plus les Etats où existent et où s'appliquent des lois et des mesures de ce type à prendre, dans les plus brefs délais et conformément aux normes juridiques qui leur sont propres, les mesures nécessaires pour les annuler ou les laisser sans effet ». En dernier lieu, elle demande au secrétaire général de l'ONU de préparer un rapport sur l'exécution de la résolution en vue de le présenter à la 66e session de l'Assemblée, l'an prochain, lorsque le blocus fera l'objet d'un nouveau débat. Interventions à l'Assemblée générale des Nations Unies L'AMBASSADEUR du Venezuela auprès de l'Organisation des Nations unies (ONU), Jorge Valero, a exigé des Etats-Unis qu'ils respectent la demande des peuples du monde, réunis ce jour au sein de l'organisme, de mettre un terme au blocus imposé à Cuba. « Monsieur le Président, le gouvernement impérial des Etats-Unis va-t-il continuer à faire fi de la volonté de cette Assemblée générale, qui a condamné de façon répétée le blocus contre la République sœur de Cuba », a demandé Valero lors de son intervention à la séance à New York. L'ambassadeur a affirmé que son pays soutenait « énergiquement la résolution présentée par la République sœur de Cuba, qui exige une nouvelle fois la levée du blocus économique, commercial et financier qui lui est imposé par les Etats-Unis ». L'ambassadeur du Venezuela est intervenu après le délégué de l'Egypte, porte-parole du Mouvement des pays non-alignés, celui du Yémen, représentant du Groupe des 77 (G77) plus la Chine, et celui du Brésil, au nom du Mercosur. Tous ont condamné les mesures étasuniennes contre le peuple cubain. C'est par d'émouvantes paroles que l'ambassadeur égyptien, Maged Abdelaziz, a terminé son intervention en prononçant en espagnol la phrase : « Fin au blocus tout de suite ! », a rapporté l'agence DPA, qui indique que l'Iran, la Russie et les pays africains ont également soutenu l'élimination de ces mesures de coercition contre Cuba. Dans le même sens, l'agence Xinhua a relevé les paroles de Baso Sangqu, représentant permanent de l'Afrique du Sud auprès de l'ONU, qui a affirmé que pour son pays le blocus « constitue une violation de la loi internationale » et que son application « témoigne du mépris des Etats-Unis pour les nobles et indispensables principes inscrits dans la Charte des Nations unies. » « L'Afrique du Sud demande aux Etats-Unis de mettre un terme à l'isolement unilatéral imposé à Cuba. » « De plus, nous demandons que des mesures soient prises au plus vite pour démanteler les injustes sanctions contre Cuba ».
 
  Aujourd'hui sont déjà 33642 visiteurs (70515 hits) Ici! Merci de votre visite sur DRTV Diversity Radio Tv  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=